Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

Combien de fois l’ai-je dit et répété ? Quand on fait une sortie photo, on prend toujours avec soi une batterie et une carte mémoire de rechange ! Oui, mais laquelle ? En effet, lorsque l’on se rend chez un revendeur, on est vite perdu. SD, micro SD, CF, Lexar, Sandisk, 32 GO, 64 GO, SDHC… Mais qu’est-ce que c’est que tout ce charabia, me direz-vous ? Je vous comprends, moi aussi, j’étais complètement perdu lorsqu’il a fallu que je choisisse ma première carte mémoire. Allez, détendez-vous ! Je vais de ce pas vous livrer tous mes secrets pour choisir une carte mémoire en toute sérénité.


Le guide ultime de la carte mémoire

Les différents formats

De nos jours, vous avez le choix entre deux types de format de carte de stockage d’images :

  • la carte CF, pour Compact Flash ;
  • la carte SD, pour Secure Digital.

Plus performantes, plus rapides, les cartes CF sont principalement appréciées par les professionnels et par tous ceux qui possèdent un appareil photo reflex haut de gamme. Cependant, il faut avouer qu’elles sont plus encombrantes que leurs petites sœurs.

Comme vous l’aurez deviné, les cartes SD sont plus petites et plus pratiques que les cartes CF. Il s’agit de la carte mémoire la plus répandue auprès du grand public. Cependant, les cartes SD les plus haut de gamme arrivent de mieux en mieux à concurrencer les cartes CF.

Les carte micro SD sont, comme leur nom l’indique, de petites cartes SD. Ce sont ces cartes que l’on utilise dans les plus petits appareils, comme les smartphones, les tablettes et autres appareils compacts. Comme vous êtes un photographe averti et que vous avez, j’en suis sûr, l’intention de devenir un photographe hors pair, je ne vais pas vraiment m’étendre au sujet des cartes micro SD.

Sachez qu’en réalité, selon votre matériel, vous n’aurez pas le choix du format de la carte mémoire. En effet, les utilisateurs de matériel professionnel devront se procurer une carte CF, tandis que les propriétaires de bridges, hybrides et reflex d’entrée et milieu de gamme devront faire l’acquisition d’une carte SD.

carte mémoire

Les différentes capacités de stockage

Voilà le sujet qui laisse généralement les photographes perplexes dans le rayon des cartes mémoire. Quelle capacité choisir ? Aurez-vous assez de place ? En effet, plus une carte dispose d’une grande capacité de stockage, plus elle est chère.

La première question à vous poser, c’est : est-ce que je vais shooter en RAW ou JPEG ? Pour rappel, les fichiers RAW sont plus volumineux que les fichiers JPEG… jusqu’à 4 fois plus ! Ceux-ci permettent de prendre des images d’une qualité exceptionnelle, mais doivent impérativement être traités avec un logiciel de retouche.

Les fichiers JPEG sont plus légers et prennent donc moins de place sur la carte mémoire. On peut les utiliser tout de suite sans passer par la case post-traitement, mais leur plage dynamique, c’est-à-dire les contrastes entre les zones d’ombre et de lumière, est plus limitée qu’avec les fichiers RAW.

Donc, pour déterminer la capacité de stockage de votre carte, il va falloir faire un petit calcul entre le type de fichier que vous préférez et le nombre de photos que vous prenez en général. Car si vous ne faites qu’une dizaine de photos à chaque session, vous n’aurez pas besoin d’autant d’espace que si vous en prenez 1 000 !

choisir une carte mémoire photo

Les différentes vitesses de lecture et d’écriture de carte mémoire

Avant de vous parler des différentes vitesses, voyons ensemble ce que sont la lecture et l’écriture en terme de carte mémoire :

  • la lecture correspond à la vitesse à laquelle les images seront transférées sur un ordinateur ;
  • l’écriture est, quant à elle, un facteur très important, car il s’agit de la vitesse à laquelle vos images s’enregistreront sur la carte après avoir appuyé sur le déclencheur.

À mon sens, la vitesse de lecture n’est pas très importante, bien que nous soyons toujours quelque peu impatients de découvrir nos clichés ! La vitesse d’écriture est cependant primordiale, surtout si vous décidez de shooter en mode rafale.

Sur une carte, la vitesse est exprimée en Mo/S, c’est-à-dire en méga octet par seconde. J’insiste sur le fait que la vitesse indiquée est la vitesse maximale. Si vous utilisez un matériel usagé et lent à la détente, la vitesse de lecture et d’écriture sera elle aussi ralentie.

Les différentes spécifications

Une carte CF est une carte CF. Vous n’aurez pas de surprises à ce niveau-là. Cependant, sachez qu’il existe trois spécifications pour les cartes SD, selon leur capacité :

  • SD pour une capacité moindre ou équivalente à 2 Go ;
  • SDHC pour une capacité entre 4 et 32 Go ;
  • SDXC pour une capacité de plus de 32 Go.

Si vous comptez lire votre image sur un périphérique externe, gardez en tête qu’une carte SDXC ne peut pas être lue sur un périphérique ne prenant en compte que le SDHC. Prenez donc soin de vous assurer que votre appareil et votre périphérique prennent bien en compte le format SDXC.

Les différentes marques de carte mémoire

Ne cherchez pas à acquérir une carte mémoire au rabais. Seules deux marques valent vraiment la peine d’investir : Lexar et Sandisk. Rapides, fiables et solides, les cartes conçues par ces deux leaders du marché ne vous décevront pas !

Chacune propose une gamme étendue allant des cartes SD d’entrée de gamme pour appareils photo compacts aux super cartes CF pour les pros de la photo.

Malheureusement, Lexar a récemment arrêté sa production laissant la voie libre à Sandisk. Cependant, pour les inconditionnels de la marque, on peut encore en trouver chez certains revendeurs, en boutique ou sur Internet.

Les différents lecteurs et adaptateurs

Tout d’abord, sachez que si vous possédez une carte micro SD, il existe des adaptateurs dans lesquels il suffit d’insérer la petite carte pour qu’elle prenne une taille « normale » et puisse être lue par n’importe quel lecteur de carte SD. Ceci est pratique si vous comptez passer d’un appareil photo à un smartphone, par exemple.

La très grande majorité des ordinateurs possèdent une fente qui permet d’insérer une carte mémoire. Mais si vous possédez un vieux modèle de PC, vous pourrez vous procurer un adaptateur sous forme de clé USB ou d’un boîtier compatible. Je dois avouer qu’à l’heure du Bluetooth et de la WIFI, ce genre d’outil parait totalement démodé !

Comment lire les informations ?

Les cartes CF

Maintenant que vous avez découvert le monde merveilleux des cartes mémoire, voyons comment lire les informations inscrites sur ces dernières. Sur chaque carte Compact Flash, vous trouverez les informations suivantes :

  • la marque ;
  • la capacité de stockage exprimée en GB ;
  • la vitesse de lecture et d’écriture exprimée en MB/s ;
  • si la carte utilise la technologie PIO (Program Input/Output) ou UDMA (Ultra Direct Memory Access).

Ce dernier point correspond à la technologie permettant la lecture et l’écriture des cartes CF. Les cartes UDMA sont plus rapides et plus à la pointe de la modernité. Un chiffre de 1 à 7 indique la vitesse théorique maximale de la carte, 1 étant de 25 Mo/s et 7 étant de 166 Mo/s.

compact flash

Les cartes SD

Les cartes SD présentent quelques différences par rapport aux CF. Sur chacune d’elles, vous trouverez :

  • la marque ;
  • la spécification : SD, SDHC ou SDXC ;
  • la capacité en GB ou Go ;
  • la classe ;
  • la vitesse exprimée en MB/s ou en X.

Nous avons déjà vu les trois premiers critères ainsi que la vitesse en MB/s. Penchons-nous maintenant sur ce que sont la classe et le débit en X.

La classe se présente sous la forme d’un chiffre encerclé. Celui-ci représente le débit minimal de la carte, c’est-à-dire la vitesse la plus lente à laquelle elle peut aller. Une classe 4 correspond à 4 Mo/S en débit minimal et une classe 6 correspond à 6 Mo/S, etc.

Le débit en X remplace sur certaines cartes SD la vitesse maximale en Mo/s. Il faut savoir qu’un X correspond à 0.15 Mo/S. Donc 200X équivaut à 30 Mo/S, 400X égal 60 Mo/S et 1 000X représente 150 Mo/s.  

Alors, quelle carte mémoire choisir selon ses besoins ?

Tout d’abord, si vous avez un appareil photo haut de gamme, comme un Canon ou Nikon, par exemple, vous devrez probablement vous procurer une carte Compact Flash. Vérifiez bien la notice de votre appareil avant de vous lancer dans l’achat d’une carte de stockage d’images.

Si vous disposez d’un appareil compact, bridge, hybride ou reflex d’entrée et de milieu de gamme, il vous faudra une carte SD ou micro SD.

Voici les éléments que vous devrez prendre en compte afin de choisir la meilleure carte pour vous :

  • faites-vous beaucoup de rafales ? 
  • shootez-vous en RAW ou en JPEG ?
  • faites-vous également de la vidéo ? 
  • comment allez-vous lire vos images ?

Une fois tous ces éléments au clair, vous serez à même de sélectionner votre carte mémoire.

Comment en prendre soin ?

En premier lieu, manipulez vos cartes mémoire avec précaution ! Ne les laissez pas traîner à la poussière et assurez-vous d’avoir les mains propres. De plus, ne les laissez jamais au contact de l’eau.

Lorsque vous aurez installé une carte neuve dans votre appareil, pensez à la formater. Oui, même si elle est neuve et vide ! Une fois que vous aurez vidé votre carte dans un ordinateur ou sur une tablette, ne la videz pas image par image ou depuis l’ordinateur, remettez-la pleine dans votre appareil photo et reformatez-la.

Ne soyez pas impatient et éteignez toujours votre appareil photo avant de retirer votre carte. Cette règle est très importante, car il se peut que votre appareil soit toujours en phase d’écriture de votre dernier cliché.

Enfin, si j’avais un conseil à vous donner, ce serait de privilégier plusieurs cartes mémoire de petite ou moyenne capacité, plutôt qu’une grosse carte mémoire. Pourquoi ? Eh bien, parce qu’en cas de pépin, vous ne perdriez qu’une petite partie de vos photos. Vous n’imaginez pas à quel point il est rageant de perdre tous ses clichés à cause d’une mauvaise manipulation ou d’un bug !

carte SD

Que faire en cas de problème ?

Votre carte mémoire débloque ? Pas de panique, ce n’est peut-être pas si grave ! Déjà, pensez à sauvegarder régulièrement vos photos et ne formatez votre carte que lorsque toutes vos images sont en lieu sûr !

Si votre carte tombe à l’eau, retirez-la rapidement et séchez-la doucement avec un tissu doux. Puis laissez-la sécher à l’air libre et croisez les doigts pour qu’elle marche encore.

Enfin, si à cause d’une mauvaise manipulation, votre carte s’est effacée, retirez-la tout de suite de votre appareil et téléchargez un logiciel de récupération de données. Sandisk en propose justement un. Sinon, courrez chez votre photographe qui saura certainement les récupérer pour vous.


En résumé

Vous voici devenu incollable sur les cartes mémoire ! Vous connaissez désormais quels sont les différents formats, capacités, vitesse de lecture et d’écriture, spécifications et marques de cartes.

Vous saurez choisir la meilleure selon vos besoins en décryptant les informations indiquées sur chaque type de cartes. Vous saurez également qu’il faut prendre en compte :

  • votre type d’appareil photo ;
  • votre utilisation ;
  • votre propre pratique de la photo ;
  • votre format d’image préféré.

Enfin, vous avez appris à prendre soin de votre matériel de stockage d’images et vous serez paré à réagir en cas de problème.

Cet article vous a apporté de nouvelles connaissances techniques ? Pensez à le partager sur vos réseaux sociaux et à dispenser votre nouveau savoir auprès de vos collègues photographes. Et pour aller plus loin dans votre pratique, découvrez mes programmes de formation en photographie. À très vite !