Oh la belle bleue ! Les feux d’artifice font rêver petits et grands tout au long de l’année et les occasions d’aller les admirer ne manquent pas. Nuit de la Saint-Sylvestre, fête nationale, victoire sportive, festival pyrotechnique… la liste est longue ! Cependant, le rêve peut vite se transformer en cauchemar pour un photographe qui ne s’est pas préparé. En effet, il faut absolument connaître la technique pour photographier un feu d’artifice et être capable de concilier la photo de nuit avec des fusées rapides et éphémères. Vous voulez photographier un feu d’artifice comme un pro ? Découvrez tous mes conseils pour capturer de spectaculaires images de feux d’artifice. C’est parti… feu !

Quel matériel photo emporter pour photographier un feu d’artifice ?

Quel type d’appareil photo et quel objectif prendre ?

Tout d’abord, munissez-vous d’un boîtier d’appareil photo reflex ou hybride disposant de différents modes de prise de vue dont les modes manuel, priorité vitesse et priorité ouverture. Le plus important étant qu’il vous permette de régler le temps de pose manuellement.

Une fois votre boîtier en main, montez un objectif photo grand-angle. L’avantage de ce type de système optique est double :

  • il permet une très grande ouverture du diaphragme, de f/1.4 ou f/2.8 afin de faire passer un maximum de lumière, car rappelez-vous que les feux d’artifice sont tirés la nuit ;
  • il permet de couvrir une large zone, d’où son nom de grand-angle, ce qui crée de superbes photos de feux d’artifice de type paysage, idéal pour le bouquet final.


Faut-il amener son trépied ?

Comme vous allez le voir dans la partie suivante, pour photographier un feu d’artifice, il faut ruser et savoir passer d’une vitesse d’obturation lente à une vitesse rapide en un éclair. Mieux vaut donc se munir d’un bon trépied photo pour y poser son appareil photo.

Choisissez-le solide et stable. Sa hauteur devrait permettre à votre appareil d’arriver au niveau de vos épaules. Dans l’idéal, il devrait disposer d’un système de pointes rétractables. Ainsi, vous pourrez caler facilement votre trépied photo sur un sol meuble, comme du sable ou de la terre.


Faut-il prendre un déclencheur à distance ?

Certes, ce n’est pas obligatoire, mais posséder une télécommande pour déclencher à distance peut s’avérer très utile pour photographier un feu d’artifice. Déjà, parce que cela évite le flou de bougé : ce n’est pas facile de maintenir le doigt sur le déclencheur sans faire bouger l’appareil si vous utilisez le mode Bulb pour faire une pose longue et créer un effet de type light painting.

De plus, il y a souvent foule lors d’un spectacle pyrotechnique. Dans ce cas, il peut arriver que l’on place son appareil photo un peu en hauteur pour éviter qu’une centaine de têtes n’apparaissent sur l’image. C’est pour cela qu’un déclencheur à distance est très pratique.


Quels réglages adopter pour son appareil photo?


Mode de prise de vue

Alors là, ça dépend vraiment du photographe. Si vous êtes à l’aise avec les notions de triangle d’exposition, sensibilité ISO, obturateur et autre diaphragme, vous pourrez rester en mode manuel sans problème. Si vous êtes encore novice, privilégiez le mode priorité vitesse (mode S) au mode priorité ouverture (mode A ou Av).

Pourquoi ? Parce que lorsque vous faites une photo de nuit, vous sélectionnez généralement un temps de pose lent. Mais lorsque vous photographier un objet en mouvement, vous augmentez la vitesse. Toute la difficulté de photographier un feu d’artifice repose dans l’équilibre entre photo de nuit et rapidité de la fusée. C’est pourquoi il vaut mieux préférer le mode priorité vitesse.

Enfin, si vous n’êtes pas du tout sûr de vous et que vous ne voulez pas rater les photos d’un feu d’artifice qui promet d’être féerique, passez en mode automatique et allez vite découvrir mes programmes de formation pour passer de débutant à expert en photographie !


Ouverture du diaphragme

Normalement, vous avez dû monter un objectif grand-angle sur le boîtier de votre appareil photo. Celui-ci permet une très grande ouverture du diaphragme ce qui est idéal en photo d’intérieur ou en situation de faible luminosité, comme c’est le cas ici.

Cependant, plus un diaphragme est ouvert, plus la profondeur de champ est réduite, c’est-à-dire que la zone à l’avant et à l’arrière de votre sujet est floue. Il va donc vous falloir déterminer quelle ouverture choisir selon les circonstances.

Si vous êtes dans un endroit déjà éclairé, par exemple en ville, dans un stade ou lors d’une fête. Vous pouvez vous contenter d’ouvrir votre diaphragme à f/8 ou f/11 pour avoir une bonne profondeur de champ et suffisamment de lumière.

Mais si vous êtes en zone rurale ou que toutes les lampadaires ont été éteints, vous allez probablement manquer de lumière. Il faudra donc compenser ce manque de luminosité par une plus grande ouverture, comme f/4 ou même f/2.8.


Vitesse d’obturation

Le temps d’exposition est le paramètre le plus délicat pour bien photographier un feu d’artifice. En règle générale, un temps de pose de 4 secondes pour une ouverture à f/8 permet d’obtenir une image pyrotechnique satisfaisante. Mais cela reste théorique.

En effet, en photo de feu d’artifice, plusieurs paramètres sont à prendre en compte :

  • la luminosité ambiante, comme nous l’avons vu pour l’ouverture du diaphragme ;
  • le temps d’explosion de la bombe. En effet, certaines fusées montent haut et explosent lentement, tandis que d’autres claquent et disparaissent vite. Il y a aussi les feux de Bengale qui font des étincelles pendant une plus longue période ;
  • le nombre de fusées, puisqu’il y a plus de lumière durant le bouquet final que lors des premières explosions.

L’idéal est d’opter pour le mode Bulb. Pour l’utiliser, vous devez appuyer sur le déclencheur et le maintenir enfoncé le temps de prendre la photo. Une fois que vous estimez que la photo est correctement prise, lâchez le bouton. En tout cas, évitez de dépasser 5 secondes, sauf si vous voulez créer un effet particulier.

Si vous privilégiez le mode Bulb, que ce soit au déclencheur ou à la télécommande, commencez la prise de vue dès que vous entendez le lancement et maintenez la pression jusqu’à ce que la bombe ait explosé. Cette technique vous permet d’obtenir une belle trainée de poudre étincelante au bout de laquelle se trouvent les étoiles.


Sensibilité ISO

Évitez de trop monter les ISO. Certes, il est tentant d’augmenter la sensibilité du capteur pour photographier un feu d’artifice, mais le risque de bruit numérique, sorte de poussière colorée que l’on retrouve parfois sur les images, est trop important.

De plus, le triangle d’exposition requiert de monter les ISO lorsque l’on a besoin d’augmenter la vitesse d’obturation. Or, dans le cas des photographies de feu d’artifice, il est nécessaire d’opter pour un temps de pose assez long, comme nous venons de le voir. Donc, en toute logique, il n’y a pas besoin de monter les ISO !

Si la luminosité le permet, laissez votre capteur à 100 ou 200 ISO. Montez éventuellement à 400 ISO, mais vous ne devriez pas avoir besoin d’aller plus haut.


Mise au point

Dans l’obscurité de la nuit, l’autofocus risque fort de patiner, c’est-à-dire qu’il n’arrivera pas à se fixer sur un point et qu’il vous sera impossible de déclencher. Pour remédier à cela, mieux vaut faire la mise au point manuellement.

Placez votre collimateur à l’endroit d’où sera tiré le feu d’artifice et appuyez légèrement sur le déclencheur pour fixer la mise au point à cet endroit. Si vous ne voyez pas la zone de lancement, attendez la première salve de bombes et cherchez d’où elles viennent.


Photographier un feu d’artifice sans trépied

Vous avez oublié votre trépied photo à la maison ? Pas de panique, il est tout de même possible de photographier un feu d’artifice sans trépied, même si la qualité de vos clichés s’en trouvera légèrement altérée.

Voici la marche à suivre : tout d’abord, essayez de trouver une surface stable, un muret, une table, etc., qui puisse remplacer le trépied. Si vous n’en trouvez pas :

  • augmentez la sensibilité ISO à 800 ou 1 000 ;
  • augmentez votre vitesse d’obturation à moins d’une seconde, 1/30e ou 1/60e de seconde, par exemple ;
  • ouvrez le diaphragme au maximum afin de laisser la lumière entrer.


Comment choisir le meilleur emplacement ?


Partir en repérage

Quelques jours ou quelques heures avant le lancement, prenez des renseignements quant à l’emplacement d’où sera tiré le feu d’artifice. Puis explorez les environs afin de déterminer quel est le meilleur point de vue.

Gardez en tête qu’un spectacle pyrotechnique attire toujours beaucoup de monde. Alors afin d’éviter que des centaines de têtes ne s’invitent sur vos clichés, préférez vous installer en hauteur ou prévoyez un trépied télescopique. Le jour J, arrivez bien avant l’heure afin de vous installer tranquillement et de faire vos réglages en avance.


Bien se positionner par rapport au pas de tir

Le pas de tir, c’est en quelque sorte la zone de lancement des fusées d’artifice. Si vous vous positionnez sous le niveau du pas de tir, vous devrez diriger votre appareil photo vers le ciel. Cela donnera une impression de grandeur et les fusées sembleront monter très haut dans le firmament.

Si vous vous installez au-dessus du niveau du pas de tir, comme sur le toit d’un immeuble, les images auront un effet tassé, et même si le feu d’artifice a été grandiose, il semblera petit, voire ridicule. L’idéal est donc de se placer au même niveau que le pas de tir. Ainsi, vos compositions photographiques seront parfaitement équilibrées.


Attention à la pollution lumineuse

Veillez à vous installer dans une zone la plus sombre possible au risque de vous retrouver avec des lumières parasites. La faible vitesse d’obturation imprime toutes les traces lumineuses sur le capteur. Il serait donc dommage de gâcher vos photographies à cause d’un néon ou d’un immeuble à proximité.


Comment photographier un feu d’artifice de manière originale ?


Quand un feu d’artifice est tiré depuis un monument, comme à la Tour Eiffel le 14 juillet, ou un évènement publique, comme une Armada, il est très facile de trouver un cadrage qui embellisse vos images. Mais quand il n’y a rien de spécial autour, vous devrez user de stratagèmes pour photographier un feu d’artifice de façon créative.

Par exemple, vous pouvez vous aider d’un plan d’eau, tel un lac, un bassin ou même une flaque d’eau de pluie. N’hésitez pas à jouer avec les couleurs ou les reflets des couleurs dans l’eau ou sur une surface réfléchissante.

Vous pouvez aussi jouer avec le premier plan. Photographiez la foule, capturez l’air émerveillé d’un enfant, shootez entre les branches d’un arbre. Bref, amusez-vous !

Enfin, si vous souhaitez superposer plusieurs explosions sur une même image, déclenchez le mode Bulb et utilisez un cache devant votre objectif entre chaque fusée.


Derniers conseils utiles


Voici une liste non-exhaustive de bonnes pratiques pour photographier un feu d’artifice sereinement :

  • prévoyez une lampe de poche. Cela pourra vous être extrêmement utile pour ne pas vous prendre les pieds dans votre matériel si vous êtes dans le noir ;
  • dans une foule, placez vos proches autour de vous. Si vous êtes au milieu d’inconnus, ils auront probablement moins de scrupules à vous bousculer ;
  • ne prenez pas de risques et ne vous approchez pas trop de la zone de tir.


Bouquet final


Maintenant que vous savez comment prendre une photo de feu d’artifice, à vos appareils photo ! Rappelez-vous :

  • d’installer votre appareil photo muni d’un objectif grand-angle sur un trépied ;
  • de garder une faible sensibilité ISO (100 ou 200) ;
  • de paramétrer un temps de pose d’environ 4 secondes ;
  • de laisser le diaphragme ouvert à f/8 environ ;
  • d’utiliser le mode Bulb si vous en éprouvez le besoin ;
  • d’être original et créatif !

Vos amis aimeraient photographier un feu d’artifice eux aussi ? Pensez à partager cet article sur les réseaux sociaux et à en parler autour de vous. À très vite !


Charles-Antoine
Charles-Antoine

Photographe professionnel