Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

Vous avez envie d’apprendre la photo, mais vous ne savez pas par où commencer. Vous avez lu attentivement la notice de votre appareil, avez tourné toutes les molettes et appuyé sur tous le boutons, mais rien n’y fait. Et si vous commenciez par un peu de théorie ? Celle-ci permet d’acquérir les notions fondamentales de la photographie et fait gagner un temps précieux lorsque le moment est venu de saisir l’instant. Il n’y a pas de secret, pour faire de belles photos, vous devez absolument en comprendre les bases. Ainsi, il vous faut rapidement maîtriser le triangle d’exposition dont les trois piliers sont : la sensibilité ISO, la vitesse d’obturation et l’ouverture du diaphragme. Concentrons-nous ici sur ce dernier point et voyons ensemble comment gérer l’ouverture focale de son appareil photo.

 

Qu’est-ce que l’ouverture du diaphragme ?

Il s’agit d’une ouverture circulaire au diamètre réglable située à l’intérieur de chaque objectif. C’est par cette ouverture que passe la lumière qui vient frapper le capteur, ou la pellicule dans le cas des appareils photo argentiques, afin d’y imprimer une image.

 

À quoi cela ressemble-t-il ?

Le diaphragme est composé de plusieurs lamelles disposées de façon concentrique. Lorsque vous réglez l’ouverture, les lamelles se rapprochent ou s’écartent de manière à former un cercle plus ou moins grand. Donc, en toute logique, plus le cercle est grand, plus la lumière passe ; moins le cercle est grand, moins la lumière passe.

 

L’importance des lamelles

Il est important de noter que plus il y a de lamelles, plus l’ouverture est ronde. Faisons un peu de géométrie et imaginons un diaphragme à trois lamelles : dans ce cas, l’ouverture ne sera plus ronde, mais triangulaire. Généralement, les objectifs haut de gamme ont plus de lamelles que ceux bas de gamme. Ils permettent ainsi de prendre des photos plus nettes et d’avoir une profondeur de champ plus intéressante.ouverture du diaphragme

 

Un peu de biologie

L’ouverture du diaphragme n’est pas sans rappeler la pupille de l’œil. Lorsque la lumière est vive, celle-ci se rétracte pour filtrer la lumière et éviter l’éblouissement. Lorsque, au contraire, la lumière est faible, la pupille s’ouvre afin de capter la luminosité au maximum.

 

À quoi sert le diaphragme ?

Maintenant que nous avons vu ses caractéristiques, voyons ensemble quelle est l’utilité de l’ouverture du diaphragme. À vrai dire, c’est plutôt simple : elle permet de contrôler le débit de lumière qui entre dans le système optique de l’objectif et frappe le capteur. Cela évite une surexposition lorsqu’il y a trop de luminosité ou une sous-exposition si l’environnement est plutôt sombre.

Mais l’ouverture focale joue un autre rôle majeur : celui de maîtriser la profondeur de champ.

 

Comprendre la profondeur de champ

Elle caractérise la zone de netteté qui s’étend à l’avant et à l’arrière du sujet sur lequel est fait la mise au point. Elle prend en compte trois paramètres :

  • le réglage du diaphragme ;
  • la distance comprise entre l’appareil et le sujet ;
  • la longueur focale.

Nous verrons ensemble plus bas et en détail ce qui concerne le premier paramètre. Le second, signifie quant à lui que plus on se rapproche du sujet, plus la profondeur de champ est rétrécie et plus les zones à l’avant et à l’arrière du sujet sont floues. À l’inverse, si on s’en éloigne, la photo sera plus nette.

La longueur focale désigne, quant à elle, la distance entre le centre optique de l’objectif et le capteur. Elle est indiquée en millimètres sur le pourtour de l’objectif. La focale peut être fixe, par exemple 18 mm, ou multiple, lorsque l’objectif inclut un zoom, par exemple 70-300 mm. Quand on utilise le zoom, cette distance augmente ou diminue et l’angle de prise de vue s’allonge ou rétrécit.

 

Comment l’ouverture contrôle-t-elle la profondeur de champ ?

On estime que lors de la mise au point, la zone de netteté s’étend aux 2/3 à l’arrière du sujet et à 1/3 à l’avant. Cependant, si on se rapproche du sujet, cette zone est plutôt de 50/50, surtout en macrophotographie.

Si l’on veut créer un beau flou d’arrière-plan, notamment en portrait, il convient d’ouvrir le diaphragme le plus largement possible. Cela permet de faire entrer beaucoup de lumière et donc de provoquer ce flou artistique tant désiré. Si au contraire, on souhaite obtenir une photo nette, comme en photo de paysage par exemple, mieux vaut alors fermer l’ouverture de l’objectif afin de réduire la luminosité et d’avoir un meilleur piqué.

Ce qu’il est très important de retenir, c’est que :

  • plus l’ouverture du diaphragme est grande, plus la profondeur de champ est floue ;
  • plus l’ouverture du diaphragme est réduite, plus la profondeur de champ est nette.

 

La technique du bokeh

Avez-vous déjà entendu parler de la technique du bokeh ? Il s’agit de créer un flou artistique d’arrière-plan comprenant des halos de lumière. Par exemple, sur une photo de nuit, les lumières de la ville ressemblent à de petites bulles lumineuses. Un autre exemple de bokeh est lorsqu’on photographie un sujet devant un arbre et que l’on distingue des cercles lumineux entre ses feuilles.

Pour réaliser un magnifique bokeh, l’idéal est d’avoir un objectif à grande ouverture. En effet, le diaphragme de celui-ci est composé d’un nombre plus important de lamelles, ce qui, comme nous l’avons déjà vu, arrondit l’ouverture et donne cette forme de cercle à la lumière.

bokeh flou arrière plan

 

Pourquoi régler le diaphragme ?

 

Le triangle d’exposition, c’est LA notion de base

Pour réussir ses photos, la notion la plus importante est celle du triangle d’exposition. Pour capter la juste quantité de lumière et éviter que les photographies ne soient sur ou sous-exposées, il est primordial de prendre en compte les trois paramètres suivants :

  • la sensibilité ISO : c’est-à-dire, la capacité du capteur à enregistrer la lumière ;
  • la vitesse d’obturation : qui correspond à la vitesse à laquelle la photo va être prise ;
  • l’ouverture du diaphragme.

Toute la subtilité réside dans l’équilibre de ce triangle et dans la manière dont la lumière va pénétrer dans l’appareil.

 

Le rôle de l’ouverture dans le triangle d’exposition

Comme vous l’avez compris, le diaphragme contrôle le débit de lumière qui frappe le capteur. La première chose à se demander lorsque l’on règle l’ouverture de son objectif est : « Quel effet ai-je envie de produire ? ». Pour une faible profondeur de champ, on ouvre le diaphragme, et pour une grande profondeur de champ, on le ferme.

Mais il va également falloir composer avec la vitesse et les ISO, ainsi qu’avec la luminosité ambiante. Par exemple, si la vitesse d’obturation est rapide, la lumière aura moins de temps pour arriver jusqu’au capteur et il faudra alors équilibrer le triangle d’exposition en ouvrant le diaphragme. Mais rassurez-vous, car avec un peu d’entraînement, ce sont des automatismes qui s’acquièrent vite et au bout de quelque temps, vous agirez sans y penser !

 

Comment régler l’ouverture du diaphragme ?

Venons-en au cœur du sujet : comment régler l’ouverture du diaphragme ? Tout d’abord, vérifiez sur votre objectif quelle est sa longueur focale et son ouverture maximale. La longueur focale est indiquée en millimètres, par exemple 18-55 mm. L’ouverture est représentée par une valeur f/X, par exemple f/2.8 s’il s’agit d’une focale fixe, ou par une fourchette du type f/4-5.6 si votre objectif dispose d’un zoom.

Prenons le cas d’un zoom 14-150 mm f/4-5.6. En langage photo, cela signifie que votre ouverture maximale sera de f/4 lorsque la focale sera de 14 mm, et que l’ouverture diminuera jusqu’à f/5.6 au fur et à mesure que vous zoomerez.

 

Comprendre les valeurs f/

L’ouverture du diaphragme est représentée par l’une des valeurs f/ suivantes : f/1 ; f/1.4 ; f/2 ; f/2.8 ; f/4 ; f/5.6 ; f/8 ; f/11 ; f/16 ; f/22 ; f/32. Chaque valeur donne une indication quant au diamètre de l’ouverture du diaphragme :

  • de f/1 à f/2.8 : il s’agit d’un objectif à grande ouverture, aussi appelé objectif lumineux;
  • de f/4 à f/8 : ouverture moyenne ;
  • de f/11 à f/22 : petite ouverture ;
  • f/32 : très petite ouverture, utilisée principalement pour la macro.

Ce qu’il faut absolument retenir, c’est que :

  • plus le chiffre est grand, plus l’ouverture est petite ;
  • plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande.

 

Le calcul des diaphs

On calcule l’intervalle entre chaque valeur d’ouverture par un diaph. Par exemple :

  • si on passe de f/5.6 à f/8 : on diminue l’ouverture d’un diaph ;
  • si on passe de f/8 à f/5.6 : on augmente l’ouverture d’un diaph.

 

À chaque fois que l’on passe un diaph, la quantité de lumière double ou diminue de moitié. Donc, si l’on suit cette logique :

  • de f/4 à f/5.6 : deux fois moins de lumière ;
  • de f/4 à f/8 : quatre fois moins de lumière ;
  • de f/4 à f/11 : huit fois moins de lumière ;
  • etc.

Entre chaque diaph, il existe des tiers de diaph. Vous trouverez, par exemple, f/6.3 et f/7.1 entre f/5.6 et f/8. Donc pour passer un diaph complet, il convient de tourner trois fois la molette d’ouverture du diaphragme.

 

Quelle ouverture focale choisir ?

Rappelez-vous : plus le chiffre est grand, plus l’ouverture du diaphragme est petite et plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande ! Une fois ce concept bien assimilé, il vous sera très facile de choisir la bonne ouverture.

Dans un premier temps, n’hésitez pas à mettre votre appareil photo reflex ou hybride sur le mode A ou Av, qui vous permet de contrôler uniquement l’ouverture. Si vous êtes déjà à l’aise avec la vitesse d’obturation et les ISO, et que vous avez bien assimilé la notion de triangle d’exposition, vous pouvez sélectionner le mode manuel M. Il est maintenant temps de passer à l’action !

 

Quelle ouverture du diaphragme pour un paysage ?

Cela fait des heures que vous grimpez cette colline. Vous êtes épuisé, mais vous rêvez de pouvoir immortaliser ce paysage et vous imaginez déjà votre cliché en couverture de National Geographic ! Prenez le temps de bien réfléchir à la meilleure ouverture possible. Il y a une belle luminosité et vous avez besoin que votre photo soit nette à l’infini. Dans ce cas, sélectionnez une petite ouverture, f/16 ou f/22, et diminuez légèrement votre temps de pose afin que la lumière ait suffisamment le temps de rentrer.

obturateur photo

Quelle ouverture pour un portrait ?

Vous aimez cette personne du fond du cœur et vous souhaitez lui rendre hommage en l’immortalisant le plus joliment possible. Choisissez un cadre agréable et faites la mise au point sur son œil. Sélectionnez ensuite une très grande ouverture, l’idéal étant de posséder un objectif lumineux, à partir de f/2.8 ou même f/1.4. Augmentez la vitesse d’obturation, ce qui évitera la surexposition et le flou de bougé, surtout si vous photographiez un enfant ! Vous obtiendrez ainsi un magnifique portrait.

 

En bref

Bravo, vous êtes désormais incollable sur l’ouverture focale ! Voici tout de même un récapitulatif de ce que vous devez retenir :

  • Qui : les photographes désirant prendre de magnifiques clichés en mode manuel ;
  • Quoi : des lamelles disposées en un cercle qui s’ouvre ou se referme comme la pupille de l’œil ;
  • Où : dans l’objectif de votre appareil photo ;
  • Quand : lorsque vous avez besoin de jouer avec la profondeur de champ ou d’équilibrer le triangle d’exposition ;
  • Comment : en comprenant le système de valeur f/ ;
  • Combien : sur une échelle allant de f/1 à f/32 selon les objectifs ;
  • Pourquoi : pour vous sentir fier lorsque vous accrocherez ce superbe cliché pris en mode manuel !

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager avec d’autres passionnés ! Et pour en savoir plus sur les techniques avancées de photographie ou sur les logiciels de retouche, pensez à aller faire un tour sur notre blog et à consulter nos différents programmes de formation.