Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

Ah les charmes de la photo argentique ! Le plaisir de tourner la molette pour faire défiler la pellicule ; la joie de voir une image apparaître petit à petit dans un bain révélateur ; le petit grain photographique sur les clichés en noir et blanc… Je ne sais pas pour vous, mais moi la photographie argentique me laisse plein de nostalgie. De nos jours, la photographie numérique est complètement rentrée dans les mœurs. Pourtant, je suis convaincu que la photographie argentique prépare son come-back. Vous en êtes certains vous aussi ? Vous aimeriez prendre un peu d’avance et dépoussiérer le vieil appareil photo argentique de vos parents ? Alors lisez ce qui suit, car aujourd’hui, je vous initie à l’art presque perdu de la photographie argentique !

La photo argentique : comment ça marche ?

Peut-être n’avez-vous pas connu l’époque où la photo argentique régnait en maître. Si vous êtes de la génération Y, ou d’une génération précédente, vous avez sûrement gardé un souvenir ému des cérémonies familiales ou des vacances au soleil durant lesquelles vous avez pu observer vos parents changer la pellicule.

Il y avait aussi cette attente interminable de plusieurs jours avant de découvrir les photos, le temps que le laboratoire photo procède au développement. Bref, c’était le bon temps ! Donc, si vous n’avez pas connu cette époque, voyons d’abord quel est le principe de la photo argentique.

cellule externe

D’où vient la photographie argentique ?

Je ne vais pas m’éterniser sur le sujet, car j’ai déjà fait un article complet sur l’histoire de la photographie. Pour faire simple : on savait depuis l’antiquité qu’une image passant par un petit trou se reflétait sur une surface plane. On nomma ce procédé Caméra Obscura.

Le challenge pour de nombreux scientifiques de toutes les époques fut de découvrir comment fixer l’image sur un support. C’est en 1816 que Joseph Nicéphore Niépce réussit enfin à fixer une image. À sa mort, Louis Daguerre prit la relève et inventa le tout premier appareil photo : le Daguerréotype.

Maintenant que la photo argentique est inventée, la voie est libre pour innover et commercialiser des appareils photo tous plus performants les uns que les autres. C’est Kodak qui conçut le premier appareil photo compact avec son Kodak 1.

La photographie argentique commença à se faire des cheveux blancs à partir des années 1980 et l’arrivée de l’ère numérique. Cependant, des passionnés continuent toujours de shooter avec des pellicules et certains vont même jusqu’à installer une chambre noire dans leur sous-sol.

Quel est le fonctionnement d’un appareil photo argentique ?

Voici ce qu’il se passe quand vous prenez une photographie avec un appareil photo argentique : tout d’abord, la lumière entre par le diaphragme et frappe la pellicule. L’image alors obtenue est à l’envers. Jusque-là, rien de bien différent avec un appareil numérique. Mais au lieu de frapper un capteur, la lumière frappe une petite bande de plastique recouverte de particule chimique : la pellicule.

Sur cette pellicule, se trouvent du sel de bromure et d’argent. Je vais vous épargner le cours de physique-chimie, mais en gros, il se produit une réaction chimique qui fixe l’image sur le film plastique au contact de la lumière. Les atomes d’argent s’imprègnent d’une emprunte lumineuse… Voilà pourquoi on parle de photo argentique !

Comment photographier en argentique ?

Pour photographier en argentique, il suffit de suivre les étapes suivantes :

  • posséder un appareil photo argentique… Oui, je sais, c’est logique ;
  • placer une pellicule dans le magasin de l’appareil, soit la partie située à l’arrière de l’appareil photo ;
  • s’assurer que les piles sont correctement installées ;
  • tourner la molette afin que le cadre photosensible de la pellicule soit placé juste derrière l’obturateur ;
  • une fois la pellicule complète, l’envoyer à développer au laboratoire photo ou la développer soi-même dans une chambre noire installée chez soi.


Quels sont les différents appareils photo argentiques ?

Tout comme il existe plusieurs types d’appareils photo numériques, il existe différents modèles d’appareils argentiques. Voyons en détail quelles sont leurs spécificités.

Les appareils jetables

L’appareil argentique le plus commun reste le « prêt à photographier », plus communément appelés : appareil photo jetable. Celui-ci est extrêmement simple d’utilisation. On vise, on déclenche, on envoie au labo et on reçoit ses photos développées. Il en existe avec ou sans flash, photo couleur ou noir et blanc, étanche, etc.

Les compacts

L’appareil compact argentique représente la majorité des appareils photo argentiques grand public. Impossible de changer d’objectif, mais un zoom est souvent intégré au boîtier. Celui-ci est aussi simple d’utilisation qu’un appareil jetable, si ce n’est que cette fois, on garde l’appareil et on ne change que la pellicule.

Les reflex mono-objectifs

Le reflex mono-objectif permet au photographe de voir l’image exacte qu’il s’apprête à prendre grâce à un système de miroir escamotable. Il est l’ancêtre de l’appareil photo reflex que nous connaissons aujourd’hui.

pellicule photo

Les reflex bi-objectifs

Le reflex bi-objectif dont le plus célèbre représentant est le Rolleiflex, possède tout le charme d’un appareil photo vintage. Son principe de fonctionnement est plutôt simple : il dispose d’une chambre de visée et d’une chambre séparée pour l’exposition du film. Les deux objectifs sont rigoureusement identiques et l’image visée est renvoyée vers le film par un jeu de miroirs.

Les télémétriques

Le plus célèbre des appareils télémétriques est le Leica M7. Ce type de boîtier utilise un télémètre optique pour faire la mise au point. Le M7 permettait d’interchanger les objectifs et de faire une mise au point manuelle grâce à une bague. Le viseur externe était l’un des plus sophistiqués de son temps. Un vrai bijou !

Que dire des pellicules ?

Une pellicule argentique est un film de plastique noir sur lequel s’imprime la photographie. Il en existe de différents formats suivant le type d’appareil photo. Le format standard est le 135 mm, également appelé 35 mm. Celui-ci donne une taille d’image de 24 x 36 mm.

Cette taille vous rappelle quelque chose ? Eh oui, c’est le format exacte des capteurs d’appareils photo reflex numérique plein format et la mesure de référence en photographie.

Vous savez que j’adore les anecdotes, alors en voici une : le format 35 mm vient du monde du cinéma. On avait simplement coupé une bobine de film de 70 mm en deux pour qu’elle puisse rentrer dans le magasin de l’appareil photo, en l’occurrence le Leica 1.

On trouve généralement ce type de pellicules :

  • en 12, 24 ou 26 poses ;
  • en couleur ou noir et blanc ;
  • avec une sensibilité ISO allant de 25 à 3 200.

Il existe également des pellicules pour moyen format de 120 mm et d’autres plus petits de 110 mm.

Il est intéressant de noter que les pellicules ont une date de péremption. Toutefois, vous pouvez les conserver au frigo afin qu’elles ne surchauffent pas, surtout en été. N’oubliez pas de les sortir quelques heures avant de les installer pour éviter que de fines goulettes de condensation ne se forment sur le film au moment de l’installation de la pellicule.

Comment régler un appareil photo argentique ?

Installer la pellicule

Avant toute chose, assurez-vous d’avoir correctement installé la pellicule et d’avoir mis des piles neuves. Je vous dis souvent qu’en photo numérique, vous devez avoir une carte mémoire et une batterie de rechange. Eh bien en argentique, c’est le même principe !

Pour installer une nouvelle pellicule, mettez votre appareil en marche à l’aide du bouton ON/OFF. Ouvrez le coffre arrière et glisser la pellicule à l’emplacement prévu à cet effet. Tirez ensuite sur le film et insérez les crans sous la marque située en dessous de l’enrouleur.

Enfin, refermez le boîtier. Normalement, la pellicule se positionnera d’elle-même sur la première vue. Vous pourrez alors commencer la séance photo. Une fois la pellicule remplie, elle se rembobinera seule ou vous devrez la rembobiner vous-même grâce à la molette ou au bouton Rewind.

Attention, n’ouvrez JAMAIS le magasin de l’appareil sans que la pellicule n’ait été rembobinée ! Vous gâcheriez toutes vos images et la pellicule serait perdue.

photographie argentique

Trouver le bon réglage

Une fois la pellicule installée, réglez tout de suite les ISO comme sur un appareil reflex ou hybride numérique. Sauf qu’en photo argentique, les ISO sont déterminés par la pellicule et il n’est pas possible de les modifier en cours de route.

Puis, vous allez devoir déterminer le fonctionnement de votre autofocus. Vous devriez avoir un bouton AF/M situé sur votre objectif. Sélectionnez le mode AF et déterminez quel est le collimateur avec lequel vous souhaitez faire la mise au point. Je conseille en général de sélectionner celui du milieu.

Vous vous rappelez de notre bon vieux triangle d’exposition, composé de la sensibilité ISO, de la vitesse d’obturation et de l’ouverture du diaphragme ? En photo argentique, la sensibilité ISO étant déterminée par la pellicule, vous ne pourrez jouer que sur la vitesse d’obturation et l’ouverture du diaphragme pour bien exposer vos photos.

Comment se passe le développement de la pellicule ?

En laboratoire de photographie

Si vous débutez en photo argentique et que vous n’avez pas de chambre noire à disposition, le mieux reste de faire développer vos images en labo photo. Les techniciens procéderont au tirage sur papier photo argentique et quelques jours plus tard vous recevrez de superbes photos argentiques.

Réaliser un tirage photo chez soi

Si vous avez un peu de bouteille et que vous voulez développer vos photos comme un pro, vous pouvez tout à fait créer une chambre noire dans un espace 100 % étanche à la lumière. Installez une lampe rouge spécialement conçue pour cette situation.

Vous allez avoir besoin :

  • d’une cuve de développement ;
  • d’une spire auto-chargeuse de film ;
  • d’un décapsuleur de cartouche ;
  • d’une paire de ciseaux ;
  • d’une pellicule argentique !

Une fois dans le noir complet, décapsulez le dessous du boîtier de la pellicule et sortez-la délicatement. Coupez l’amorce, c’est-à-dire la partie en plastique avec laquelle on a fixé la pellicule à l’appareil photo. Puis, enfilez la pellicule sur la spire auto-chargeuse et coupez l’extrémité où se trouve le cylindre sur lequel était enroulé le film.

Placez la spire dans la cuve de développement et refermez-la afin de protéger vos images de la lumière. Vous pouvez rallumer les lampes !

photo argentique

Préparation de la chimie

Si vous avez lu mon article sur la photo instantanée, vous savez déjà que pour développer une photo, on a besoin :

  • d’un révélateur, pour faire apparaître l’image ;
  • d’un bain d’arrêt, pour stopper les effets du révélateur et ne pas cramer la photo ;
  • d’un fixateur, qui rend le papier photo argentique insensible à la lumière.  

Mettez des gants de protection et placez vous dans un endroit sécuritaire, loin des enfants ! Suivez les indications de dilution mentionnées sur les bouteilles en vous aidant d’un verre gradué, puis versez les produits chimiques les uns après les autres dans la cuve en laissant reposer le temps nécessaire, généralement entre 5 et 6 minutes.

Une fois le développement réalisé, laissez les pellicules sécher comme du linge, accrochées à un fil. Voilà, vos pellicules sont maintenant développées !

En bref

Vous savez maintenant tout de la photo argentique ! Vous avez compris comment fonctionne un boîtier argentique et comment l’utiliser. Vous êtes incollable sur les différents types d’appareils et vous avez compris le procédé chimique qui imprime l’image sur la pellicule.

Vous avez même découvert les rudiments du développement et du tirage photo argentique ! Vous êtes désormais fin prêt à faire revivre la photographie argentique.

Cet article vous a intéressé ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux ! Et pour devenir un photographe accompli, découvrez sans plus attendre mes programmes de formation en photographie. À bientôt !