Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

Aujourd’hui, la photographie est partout ! Dans la presse, sur les réseaux sociaux, dans les couloirs du métro ou sur les abris de bus. Avec un simple smartphone, on peut désormais prendre de très belles photos et les partager instantanément avec des étrangers de l’autre côté de la planète. On oublie souvent qu’il s’agit d’une invention récente ! Récente ? Pas tant que ça finalement, car Aristote parlait déjà de chambre noire durant l’Antiquité. Vous l’ignoriez ? Alors grimpez derrière moi et accrochez-vous, je vous emmène pour un voyage dans le temps à la découverte de l’histoire de la photographie.

 

La préhistoire de la photographie

 

L’Antiquité, Aristote et le sténopé

Connaissez-vous le procédé du sténopé ? Il s’agit de faire apparaître une image via un petit trou percé dans une boîte étanche à la lumière. Aujourd’hui, on dispose un papier photographique à l’intérieur de cette boite pour obtenir un négatif.

Dans l’Antiquité, ce procédé était déjà connu et Aristote en a même parlé dans son ouvrage Problema. Bien sûr, à l’époque, on ne fixait pas l’image, on se contentait d’observer le phénomène avec curiosité.

La lumière passant dans le trou de la chambre noire, aussi appelée camera obscura, recompose l’image de manière inversée (tête en bas) au fond de la boîte. Cette technique permettait notamment aux scientifiques d’observer les éclipses.

 

La renaissance et ses peintres ingénieux

Faisons un saut dans l’histoire de la photographie et arrêtons-nous quelques instants à la Renaissance. À l’époque, on savait reproduire des portraits hyper réalistes en peinture. Vous croyez qu’ils ont été peints à la main par de purs génies ? Oui et non !

En fait, il existait d’immenses camera obscura dans lesquels les peintres travaillaient. Les princes, princesses et autres sujets nobles se plaçaient devant le trou de la chambre noire et laissaient leur royale image se former sur de grandes feuilles. L’artiste n’avait plus qu’à décalquer leur silhouette avant d’attaquer la peinture.

C’est aussi à cette époque et grâce à cette technique que les perspectives s’affinent. Avez-vous déjà remarqué que les tableaux du Moyen-âge sont beaucoup moins bien proportionnés que ceux de la Renaissance ? Maintenant, vous savez pourquoi !

En 1540, le mathématicien Girolano Cardano invente l’objectif grâce à une lentille de verre convexe placée devant le trou de la chambre noire. En 1568, Daniel Barbaro y ajoute le premier diaphragme. La camera obscura ressemble de plus en plus à notre appareil photo moderne.

histoire de la photographie

Les XVII et XVIIIe siècles en recherche de fixation

Avançons encore un peu dans l’histoire de la photographie. Comme vous l’avez compris, on connaît désormais le processus de production d’une image, mais on ignore toujours comment la fixer. Depuis le Moyen-âge, les alchimistes savent que le chlorure d’argent noircit sous l’effet de la lumière, mais les scientifiques n’en sont pas plus avancés pour l’instant.

De nombreux hommes de science des XVII et XVIIe siècles, comme Johann Heinrich Schulze ou Giovanni Battista Beccaria, s’échinent à trouver le moyen de fixer durablement une image grâce au chlorure d’argent. C’est finalement Jacques Charles qui en 1780 y parvient le premier… Enfin, presque ! Il réussit seulement à figer pendant quelques secondes une silhouette sur du papier imbibé de chlorure d’argent.

Vient ensuite Thomas Wedgwood qui fixe des images rudimentaires en posant des végétaux sur des feuilles enduites de nitrate d’argent. Malheureusement, les images noircissent au bout de quelques heures sous l’effet de la lumière. Allez, on y est presque !

 

L’invention de la photographie

 

Joseph Nicéphore Niépce, patron des photographes

Connaissez-vous ce Français, originaire de Chalon-sur-Saône ? À mon avis, tout photographe devrait avoir un autel à sa gloire ! Car oui, c’est à lui qu’on attribue l’invention de la photographie. En 1816, celui-ci a l’idée d’associer les trois procédés connus de l’époque : chlorure d’argent, nitrate d’argent et hyposulfite de sodium, pour fixer des images sur des plaques d’étain enduites de bitume de Judée.

Certes, la qualité laisse à désirer, mais tout de même, quelle invention ! Joseph Nicéphore Niépce baptise son procédé Héliographie. Il continue à le perfectionner jusqu’à ce qu’en 1826, il parvienne à prendre le premier cliché de l’histoire de la photographie qui représente tout simplement sa maison à Saint-Loup-de-Varennes. On peut donc dire que l’invention de la photographie est française : cocorico !

Le Daguerréotype, premier appareil de l’histoire de la photographie

À la mort de Nicéphore Niépce en 1833, Louis Daguerre reprend son travail et tente de l’améliorer. Il y parvient avec brio en découvrant le moyen de réduire le temps de pose de 8 heures à 10 minutes ! Daguerre remplace le bitume de Judée par de l’iodure d’argent et décide d’améliorer l’Héliographie de son ami.

Il invente ainsi le Daguerréotype, le tout premier appareil photo de l’histoire de la photographie ! Cet engin permet de fixer l’image positive obtenue dans la chambre noire sur une plaque de cuivre enduite d’une émulsion d’argent et développée aux vapeurs d’iode.

Il en parle alors à son ami François Arago qui présente le Daguerréotype à l’Académie des sciences le 7 janvier 1839. La photographie est officiellement née ! Le procédé de Daguerre fait fureur. Celui-ci ne tarde pas à faire breveter son invention et chaque personne désirant « se faire tirer le portrait » devra lui payer une somme conséquente.

 

Le négatif, c’est positif !

Comme je vous l’ai dit, le Daguerréotype est un succès. Cependant, ce procédé empêche toute reproduction d’image étant donné qu’il ne produit qu’un positif. Il est donc grand temps d’inventer le négatif !

En 1841, William Henry Fox Talbot invente le Calotype permettant la technique négatif/positif que l’on utilise encore aujourd’hui en photographie argentique. Grâce à cela, il est désormais possible de tirer une photo en un nombre illimité d’exemplaires.

L’histoire de la photographie s’accélère alors :

  • 1847 : Blanquart Evrard améliore le papier photosensible et crée à Lille la première imprimerie photographique ;
  • 1851 : Le Gray et Scott Archer inventent le procédé au collodion humide réduisant encore le temps de pose à 1/100e de seconde ;
  • 1869 : Charles Cros et Louis Ducos du Hauron tentent de mettre au point le premier procédé en couleur de l’histoire de la photographie.

 

Une marque bien connue voit le jour

Je suis un ruban souple fait de plusieurs surfaces sensibles. J’ai été créée par Georges Eastman en 1884. Film en celluloïd, je remplace désormais les lourdes plaques de verre. Je permets le stockage de plusieurs images dans le magasin de l’appareil photo. Je suis, je suis ? La Pellicule, bien joué !

En 1888, George Eastman dépose le brevet de cette invention révolutionnaire et lance par la même occasion la marque Kodak. Il commercialise alors le Kodak n°1 : un appareil photo compact incluant une pellicule d’une centaine de prises.

Lorsque la pellicule est pleine, on envoie le boîtier au laboratoire Kodak qui le retourne rempli d’une nouvelle pellicule et accompagné des photos développées. Le Kodak n°1 produit des clichés ronds d’un diamètre de 6.3 cm facilement reconnaissables.

Pour l’anecdote : Eastman, qui a littéralement révolutionné l’histoire de la photographie, met fin à ses jours à l’âge de 78 ans en laissant pour seule note : « Mon travail ici est terminé ». Merci à lui !

histoire pellicule photo

Place au 8e art !

 

Une nouvelle profession à la mode

Avec l’avènement de cette nouvelle technologie, un nouveau métier voit le jour : celui de photographe ! De nombreux peintres et artistes s’emparent de cette profession. Il faut dire qu’elle est attrayante financièrement, car avec l’émergence de la photographie en série, elle s’industrialise rapidement.

Le gagne-pain principal des photographes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle est la photographie de portrait. On va souvent chez le photographe afin de mettre à jour sa photo-carte, sorte de carte de visite de l’époque où l’on trouve imprimé au verso tous les renseignements nécessaires : adresse, profession, métropolitain le plus proche… et même numéro de téléphone !

Lors de l’Exposition Universelle de 1900, le premier concours de l’histoire de la photographie voit le jour. Celui-ci consiste à transmettre au jury une douzaine de tirages pris lors d’un rassemblement de ballons dirigeables.

 

Les frères lumières n’ont pas inventé que le cinéma

En 1903, les frères Lumières, mondialement connus pour avoir effrayé leurs spectateurs avec une locomotive à vapeur, inventent le premier procédé permettant d’obtenir une photographie en couleurs : l’Autochromes.

L’idée est simple, il suffit de saupoudrer la surface sensible du papier photo avec des grains rouges, bleus et verts obtenus à partir de fécule de pomme de terre. La lumière ainsi filtrée colore la photographie. Cependant, ce procédé allonge considérablement le temps de pose et chaque photo est un exemplaire unique.

Il faudra donc attendre 1935 et l’Agfacolor, puis le Kodacolor, pour que la photographie couleur entre véritablement dans les mœurs.

 

L’Évolution des appareils photo

En 1925, le premier appareil photo Leica est commercialisé en Allemagne. J’adore ce modèle, il a un look tellement sympa et vintage ! Bref, celui-ci disposait d’une pellicule de 35 mm et était léger et compact, c’est pourquoi il a rapidement été adopté par les reporters et les journalistes.

En 1948, Edwin H. Land conçoit un appareil photo capable de développer des positifs instantanément : le Polaroïd est né ! Celui-ci sera adapté à la photographie en couleurs à partir de 1968 et connaîtra un immense succès.

C’est également en 1968 qu’apparaissent les premiers appareils reflex à contrôle automatique. Pentax, Canon, Nikon, Contaflex, etc. les marques fleurissent et rivalisent d’ingéniosité. C’est d’ailleurs cette même année que la NASA dévoile au monde des photos de la Terre prises de la Lune. Décidément, on n’arrête pas le progrès !

histoire appareil photo

L’ère de la photographie numérique

 

L’arrivée d’appareils nouvelle génération

1975, c’est la date ou le tout premier appareil photo numérique a vu le jour. Il a été conçu par Steven Sasson, un ingénieur américain travaillant pour Kodak. Cet appareil peu discret et franchement encombrant était composé d’un système optique de caméra Super8, de seize batteries, d’un enregistreur de cassettes et d’une multitude de composants électroniques.

Vu la taille de l’engin, Kodak refusa la commercialisation de ce prototype et il fallut attendre 1981 et le japonais Sony pour voir apparaître le premier appareil photo numérique commercialisé : le Mavica. Celui-ci enregistrait les images sur mini-disquettes qui pouvaient être lues sur ordinateur à écran cathodique. Cette époque me paraît très lointaine, pas vous ?

En 1986, Nikon présente le Photokina, son premier appareil photo numérique reflex. Canon suit immédiatement avec son premier APN reflex, le RC701. Depuis, chaque appareil qui sort est plus puissant et sophistiqué que le précédent. Aujourd’hui, on arrive à prendre des photos à 1/8 000e de seconde. Je me demande souvent jusqu’où pourront aller les constructeurs.

 

Longue vie à la photographie

Avec l’avènement de l’ère numérique, les possibilités artistiques qu’offrent les appareils photo, ainsi que les logiciels de retouche, sont infinies. Désormais, tout le monde peut apprendre la photographie et partager ses œuvres sur Internet.

Est-ce pour autant la mort annoncée de la photographie argentique ou du sténopé ? Je suis persuadé que non ! On voit d’ailleurs resurgir des Polaroïds depuis quelques années, et je sais que les jeunes apprécient de ressortir le vieil appareil argentique de leurs parents ou grands-parents.

De plus, beaucoup de photographes de tous âges aiment se constituer un labo de développement, car il n’y a rien de plus grisant que d’allumer la lampe rouge et de voir apparaître lentement une image dans son bain révélateur.

 

Terminus

Voilà, notre voyage à travers l’histoire de la photographie touche à sa fin. Nous avons exploré l’Antiquité avec la technique du sténopé, la Renaissance et ses ruses de peintre, l’apparition du premier appareil photo jusqu’à l’avènement du numérique.

Nous venons de voir l’histoire de la technique photographique, mais il est une autre histoire, celle des photographies ! Car finalement, toute cette technologie ne servirait pas à grand-chose si elle ne contribuait pas à laisser une trace, artistique ou historique.

Vous pouvez également contribuer à cette grande aventure qu’est la photographie en vous y mettant vous aussi. N’hésitez pas à consulter mes formations et qui sait, peut-être laisserez-vous vous aussi une trace dans l’histoire de la photographie.