Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

Avez-vous déjà eu envie de photographier des animaux ? Que vous envisagiez de partir en safari au Kenya ou que vous vouliez rendre hommage à votre animal de compagnie, vous rêvez peut-être de vous transformer en photographe animalier ? Mais vous vous dîtes sûrement que cela doit être difficile de photographier un animal, qu’il soit sauvage ou domestique. Pourtant, je vous assure qu’il n’y a rien de sorcier à faire de la photographie animalière. Chiens, chats, animaux de la savane ou des bois, oiseaux et insectes, tous peuvent vous laisser capturer de belles images pour peu que vous sachiez comment vous y prendre. Suivez mes pas et ne faites pas de bruit, je vais vous initier à la photo animalière.

 

Comment choisir les bons réglages en photo animalière ?

 

Bien faire la mise au point

En photo animalière, comme en photo de portrait, le secret pour réussir ses photos est de faire la mise au point sur l’un des deux yeux. Si la tête de l’animal est légèrement tournée, faite alors la mise au point sur l’œil le plus proche de vous.

Sur la plupart des appareils photo numériques, il s’agit de pointer le collimateur sur l’œil, puis d’appuyer légèrement sur le déclencheur pour faire la mise au point. Une fois ceci fait, pour pouvez appuyer franchement sur le déclencheur pour prendre la photo.

photographie animalière

Shooter plus vite que son ombre

Sauf si l’animal est endormi ou allongé, mieux vaut sélectionner une vitesse d’obturation rapide lorsque l’on fait de la photo animalière. Plus l’animal bouge vite, plus la vitesse de prise de vue devra être conséquente.

Voici quelques exemples :

  • 1/60e de seconde : animal au repos ;
  • 1/125e de seconde : animal en marche lente ;
  • 1/500e de seconde : animal en marche rapide ;
  • 1/1000e de seconde : animal en course ;
  • 1/4000e de seconde : oiseau saisi en plein vol.

Pensez bien entendu à équilibrer le triangle d’exposition et à jouer avec l’ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO, une fois que vous aurez réduit votre temps de pose.

 

Privilégier le mode rafale

Je ne vais pas vous apprendre grand-chose en vous disant qu’un animal… ça bouge ! Aussi pour être certain de capter la seconde où il vous regardera et où il sera parfaitement dans le champ, n’hésitez pas à user du mode rafale.

Certains modèles d’appareils photo vont jusqu’à 16 images par secondes en mode rafale. Mais en général, pour des boîtiers de milieu de gamme, on est plutôt aux alentours de 8 à 10 images par seconde, ce qui est déjà très bien.

Mais passons tout de suite au vif du sujet et voyons comment faire de la photo animalière selon les différentes sortes d’animaux.

 

Comment photographier un animal de compagnie ?

 

Le faire poser

L’avantage d’avoir un animal de compagnie, c’est qu’il vous connaît ! Ainsi il est plus en confiance et écoutera, le plus souvent, ce que vous lui dites de faire. Eh oui, on peut faire poser un chien, et même un chat, en l’amadouant avec un jouet ou des croquettes. Dans la nature, avec un grizzli ou une panthère, c’est plus compliqué !

Quel que soit l’animal que vous voulez photographier, préparez toujours votre appareil avant de le faire venir et gardez son jouet préféré ou une douceur à proximité de vous pour le féliciter et le remercier.

photographier animal de compagnie

Faire ressortir sa personnalité

Ne demandez pas l’impossible à votre animal. Si celui-ci est un vieux toutou à la retraite qui n’aspire qu’à rester sur son coussin, laissez-le où il veut être et prenez-le tranquillement en photo dans son environnement.

À l’inverse, si vous venez d’acquérir un jeune chaton fougueux, qu’une pelote de laine fait courir dans tous les sens, tentez de saisir l’instant et ne lui demandez pas de rester tranquillement assis. Ça n’aurait pas de sens pour lui.

Lorsque l’on fait de la photo animalière avec des animaux domestiques, c’est aussi pour garder une trace d’eux plus tard. Alors mieux vaut se souvenir de leur personnalité, que d’essayer de leur donner un air de Grand-Duc.

 

Être créatif

N’hésitez pas à être créatif ! Qu’il s’agisse d’une photo de chien, d’une photo de chat ou d’une photo de poisson rouge, il y a toujours un moyen d’être original. Par exemple :

  • faites intervenir votre conjoint ou votre enfant ;
  • mettez-lui un accessoire rigolo (à condition que ça ne le gêne pas et qu’il se laisse faire) ;
  • emmenez-le dans un bel endroit, à la plage, en forêt, etc.
  • mettez-le dans un cadre étonnant, prenez sa silhouette ou son reflet en photo.

 

Comment photographier les animaux sauvages ?

 

Avoir le bon matériel

En photo animalière, il faut savoir prendre de belles images d’animaux sans se mettre en danger ! Pour ça, les téléobjectifs de 300 mm et plus sont parfaits. Ils vous permettent de zoomer un maximum sur la bête à photographier tout en restant à bonne distance des animaux féroces.

Attention toutefois, car ces téléobjectifs, aussi beaux et chers soient-ils, sont très sensibles au mouvement. Pensez donc à emporter votre trépied lorsque vous envisagez d’utiliser ce type de matériel.

 

Être patient

Dans la savane, en forêt ou en montagne, il faut savoir être patient pour observer la faune et prendre une photo animalière digne de ce nom. Pensez à vous cacher, voire à utiliser un camouflage pour ne pas effrayer les animaux. Restez à l’affût, respirez lentement et déclenchez en douceur lorsqu’enfin, vous apercevrez une créature.

Connaissez-vous le Graal des photographes animaliers ? La Panthère des Neiges est probablement l’un des animaux les plus difficiles à shooter ! Cet animal rare se rencontre au Tibet… si on a beaucoup de chance ! Il n’est pas rare d’entendre des témoignages de photographes partis bivouaquer 3 mois dans la neige pour finalement rentrer bredouille.

photographier animal sauvage

Attendre la bonne heure

En photo animalière, il faut savoir être à la bonne heure pour deux raisons. Tout d’abord pour la luminosité. Comme je l’ai expliqué dans mon article sur les photos de voyage, mieux vaut prendre ses photos le matin ou le soir. En pleine journée, la lumière est souvent trop dure et le risque de surexposition est trop important.

Ensuite, beaucoup d’animaux sont plus facilement visibles le matin et le soir, surtout les jours de forte chaleur. La plupart des créatures sortent plus facilement de leur tanière à la fraîche, voire la nuit, pour chasser par exemple. Renseignez-vous avant de partir sur le type d’animaux que vous voulez prendre en photo. Ainsi, vous saurez où et à quelle heure vous aurez le plus de chance de les apercevoir.

 

Marcher à pas de loup

Il existe différentes techniques de prise de vue animalière. En effet, il est important de ne pas déranger les animaux dans leur habitat naturel. Notez donc tous les précieux conseils que je m’apprête à vous donner :

  • Marchez lentement, doucement et face au vent. Ainsi, vous diminuez le risque que l’animal vous entende et vous sente ;
  • Marchez en diagonale pour vous rapprocher. Si vous marchez directement vers lui, l’animal va se sentir attaqué et prendra la fuite ou vous attaquera en retour ;
  • Baissez-vous et tenez-vous au ras du sol afin de ne pas être découvert. Si vous vous sentez l’âme d’un traqueur, rampez afin d’attirer le moins possible l’attention des bêtes sauvages ;
  • Ne regardez jamais un animal sauvage dans les yeux, il pourrait très mal le prendre ! ;
  • Privilégiez les vêtements de type camouflage. Portez du vert kaki et accroupissez-vous afin de ne pas être vu ;
  • Si vous avez repéré un endroit où les bêtes passent régulièrement, trouvez une cachette et restez à l’affût. Pour les passionnés, il existe des bâches ou des tentes de camouflage.

 

Comment photographier les oiseaux ?

 

Monter un téléobjectif

Il est rare de trouver un oiseau sauvage à quelques mètres de soi et d’avoir le temps de le pendre tranquillement en photo. Alors, pour faire de la photo animalière d’oiseaux, mieux vaut se munir d’un bon téléobjectif, 200 mm minimum.

Augmentez considérablement votre vitesse d’obturation, 1/800e de seconde au moins, car l’oiseau pourrait vite disparaître du champ. Si vous avez la chance de croiser un colibri, passer absolument à la vitesse maximale et en mode rafale si vous souhaitez figer son battement d’ailes.

Enfin, ne culpabilisez pas si vous passez en mode semi-automatique pour photographier les oiseaux. Ceux-ci étant très rapides, mieux vaut laisser l’appareil régler l’ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO lui-même et garder la main sur la vitesse.

comment photographier un oiseau

Jouer avec l’animal

De tous les animaux, les oiseaux sont probablement les plus craintifs. Alors, pour les photographier, évitez à tout prix qu’ils vous voient. Parfois, un shooting d’oiseaux ressemble à une partie de « Jacques a dit » on avance sur la pointe des pieds et stop ! on ne bouge plus.

En photographie ornithologique, il faut souvent se camoufler et rester à l’affût comme nous l’avons vu plus haut. Alors : planquez-vous ! Respirez très doucement et soyez très patient. Enfin, vous pouvez déposer quelques graines pour oiseaux à quelques mètres de vous afin d’appâter les plus petits.

 

Comment photographier les insectes ?

 

Choisir le bon objectif

Il existe différents objectifs pour la macrophotographie allant de l’objectif 300 mm classique à l’objectif spécialement conçu pour cela. En effet, on a souvent tendance à croire que pour photographier l’infiniment petit, il faut un gros téléobjectif, mais en réalité, certains objectifs lumineux à focale fixe seront beaucoup mieux indiqués pour photographier les insectes.

Il existe aussi des « bonnettes ». Ce sont des lentilles grossissantes qui viennent se visser sur un objectif classique. Cela permet d’éviter de racheter un nouvel objectif, à condition que la bonnette soit de très bonne qualité, car sinon l’image sera fortement altérée.

 

Jouer sur la profondeur de champ

La partie la plus difficile en macro, c’est la profondeur de champ. En effet, une jolie photo de coccinelle perchée sur une feuille avec un arrière-plan flou d’un joli vert tendre est toujours très appréciée, mais aussi assez difficile à réaliser.

Il faut savoir jouer à la fois sur une grande ouverture du diaphragme et sur la vitesse d’obturation. Ceci afin de prendre une photo ayant une faible profondeur de champ et une vitesse suffisamment basse pour compenser la grande ouverture, mais aussi suffisamment élevée pour saisir l’animal en mouvement.

photo animalière

Respecter les petites bêtes

En photo animalière, et particulièrement en macrophotographie, il est très tentant de modifier l’environnement des animaux afin de mieux les faire ressortir ou de les mettre en scène. Cependant, rappelez-vous que vous êtes chez eux.

Si vous êtes gêné par un élément, envisagez plutôt la post-production grâce à un logiciel de retouche plutôt que d’arracher des herbes ou de créer une mise en scène qui enlèverait toute spontanéité à vos images.

Mon dernier conseil est d’éviter de faire une séance de macrophotographie les jours de vent. Ces jours-là, les flous de bougé sont légion et cela risquerait de vous énerver au plus haut point ou de vous décourager.

 

En conclusion

 

Vous êtes désormais paré pour la photo animalière ! Vous connaissez maintenant les réglages indispensables pour faire de belles images. Entraînez-vous sur votre animal de compagnie, ou sur celui d’un ami ou d’un voisin.

Une fois que vous êtes familier avec les différentes techniques, partez faire quelques séances photo dans la nature, que ce soit dans la forêt la plus proche de chez vous ou en safari au bout du monde ! Et si vous n’êtes pas effrayé par les petites bêtes, mettez-vous au ras du sol et observez-les évoluer tandis que vous les prenez en photo.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec vos amis. Et pour devenir un photographe de talent, n’hésitez pas à aller voir mes différents programmes de formation. À bientôt !