Accès immédiat à 1H de formation OFFERTE!

Les 5 techniques qu'utilisent les photographes professionnels

La photographie est un art à part entière. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on l’appelle le 8e art ! Comme dans tous les arts, la photographie se décline en plusieurs disciplines, aussi différentes et exigeantes les unes que les autres : la photo de portrait, la photo animalière, la photo d’architecture, la photo de mariage, la macrophotographie, etc. Aujourd’hui, je vous propose de vous pencher sur l’une de mes disciplines préférées : la photo de rue ! Cette pratique est l’une des plus répandues, car dès l’instant où l’on n’habite pas dans les bois ou en pleine campagne et que l’on possède un appareil photo numérique ou argentique, elle est très facile à réaliser. Voyons tout de suite comment réussir en photo de rue !

Définition de la photo de rue

Avant de rentrer dans le vif, mettons-nous d’accord sur ce qu’est la photo de rue. La photographie de rue, ou Street Photography comme l’appellent nos amis anglophones, est une branche de la photographie dont la présence humaine, directe ou indirecte, est au cœur du sujet. Pour être qualifiés de photos de rue, les clichés doivent avoir un caractère spontané.

Il est tout à fait possible de faire poser un passant ou un modèle dans la rue, comme par exemple en photo de voyage quand on demande à un habitant de poser, mais dans ce cas, on parlera plutôt de photo de portrait ou de photo de mode. Quant à la photographie d’architecture, elle ne rentre pas non plus dans le cadre de la photo de rue, bien qu’elle soit souvent réalisée depuis l’extérieur.

Une photo de rue doit donc être prise depuis un lieu public tel que la rue, un square, une plage, une gare, un aéroport ou un centre commercial, et présenter des sujets humains de manière spontanée. J’insiste sur le côté spontané, car si une équipe de photographes avec des assistants et trois caisses de matériel s’installe dans la rue pour shooter, il n’y aura rien de naturel à leurs images.

Enfin, la présence humaine peut être directe, c’est-à-dire que l’on peut distinguer des inconnus dans la rue de manière nette ou floue, comme avec la technique de la pose longue. Mais la présence peut aussi être indirecte, par exemple, en photographiant une trace humaine comme des déchets sauvages ou un doudou perdu par un enfant.

photo de rue

Le matériel adéquat

En photo de rue, on se doit de rester discret ! Alors évitez de vous balader avec votre appareil photo reflex grand format vissé à son trépied et porté sur l’épaule. On vous prendrait pour un photographe professionnel ou un journaliste et le moins que l’on puisse dire, c’est que votre présence ne passera pas inaperçue !

L’avantage avec cette discipline, c’est que vous pouvez la pratiquer avec n’importe quel type d’appareil photo : smartphone, appareil compact, hybride, reflex, et même argentique ! Peu importe, tant que vous restez discret, car il vous faudra souvent vous approcher de votre sujet afin de rendre vos photos dynamiques. Mais nous allons y revenir.

Exit donc les objectifs photo à multifocal de type 75-300 mm. Préférez un objectif à focal fixe de 50 mm maximum. Sachez que pour réaliser de belles photos de rue, vous n’aurez pas besoin des dernières technologies les plus sophistiquées.

Enfin, toujours dans l’optique de rester discret, pensez à prévoir un sac photo « passe-partout », léger et compact. Un sac en bandoulière pour les hommes ou un sac à main spécial photo pour les femmes sera parfaitement adapté à la balade urbaine que vous vous apprêtez à faire.

L’attitude débonnaire

Faire comme si de rien n’était

Faire de la photo de rue est très différent de la photo animalière. Si vous vous mettez en mode chasse et que vous traquez votre proie en vous cachant derrière un arbre ou entre les buissons, il y a fort à parier que vous ne passerez pas inaperçu et que votre sujet finira par appeler la police.

Alors, lors de vos séances de street photography, prenez un air décontracté et sûr de vous. Arpentez les rues d’un pas confiant et nonchalant, car non, vous ne faites rien de mal et vous avez le droit de prendre des photos dans la rue. Je vous garantis que si vous êtes zen, personne ne vous remarquera !


Un touriste dans la ville

Si vous êtes un peu timide et que vous n’osez pas faire de la photo de rue dans votre propre ville, imaginez que vous êtes un touriste et faites-vous passer comme tel. Vous avez sûrement déjà remarqué que les touristes font peu de cas des sujets qu’ils photographient, puisque dans leur esprit, ils s’en vont dans quelques jours et ne reviendront sûrement jamais.

Les locaux de leur côté ne prêtent jamais attention aux touristes qui photographient un peu tout et n’importe quoi. Alors agissez comme si vous en étiez un et vous disparaîtrez comme par magie du champ de vision de vos sujets.

photographie de rue


La bonne excuse

Si vous n’osez toujours pas vous lancer de peur d’être remarqué, prenez l’excuses de photographier un élément architectural. Un building, une fontaine, un monument… peu importe, le tout c’est que l’on pense que vous êtes concentré sur autre chose.

Cette technique est également bonne à appliquer si votre sujet vous a remarqué. Dans ce cas, ne le regardez pas directement et faites semblant de cadrer autre chose en attendant qu’il retourne à ses occupations.


Se faire oublier

Pour des clichés spontanés, il faut savoir se faire oublier. Si vous brandissez votre boîtier et que vous le vissez sur votre visage, les passants sauront que vous êtes en plein shooting et ils accéléreront, ou autre contraire, ils s’arrêteront pour vous laisser le champ libre.

Si vous faites vos photos urbaines avec un reflex ou un hybride qui dispose d’un écran LCD au dos, évitez de prendre vos clichés l’œil dans le viseur, on saurait tout de suite que vous allez déclencher. Laissez votre appareil en bandoulière autour de votre cou et baissez le regard vers l’écran pour prendre votre photo.

Enfin, pour une discrétion maximale, pensez à régler votre téléphone sur le mode silencieux, et à ne pas mettre la musique à fond dans vos écouteurs, les passants à l’ouïe fine pourraient vous repérer.


Les techniques de Sioux


Plutôt chasseur ou plutôt cueilleur ?

Les photographes au profil plutôt chasseur sont toujours en mouvement. Très réactifs en photo de rue, ils mitraillent tout ce qui bouge et leurs photos sont souvent prises dans le feu de l’action. Ils n’ont pas peur de passer à découvert et connaissent toutes les approches sympas pour aborder leurs sujets.

Les cueilleurs sont, quant à eux, plus parcimonieux dans leurs déplacements. Ce qui les intéresse, ce n’est pas tant le sujet que le cadre. Ils choisissent avec attention un arrière-plan harmonieux et un point de vue parfait, puis ils attendent patiemment leur cible pour déclencher.

Bien sûr, on peut être chasseur-cueilleur d’images en alternant les deux techniques, mais on a tout de même tendance à avoir une préférence pour l’une ou l’autre de ces techniques.

comment faire de la photo de rue


Plus prêt de toi, sujet

Il n’y a pas de secret : plus on est proche de son sujet, mieux c’est ! D’ailleurs, Robert Cappa disait que : « Si votre photo n’est pas bonne, c’est que vous n’êtes pas assez proche. » Se rapprocher de son sujet permet de faire ressortir de nombreux détails qu’on ne verrait pas autrement, même avec un bon zoom : rides du visage, détails des vêtements, etc.

De plus, comme nous l’avons évoqué plus haut, mieux vaut avoir un appareil photo discret et monter un objectif à courte distance focale sur son boîtier. Pour rappel, une distance de 50 mm correspond à ce que voit l’œil humain, mieux vaut donc s’approcher puisque vous ne pourrez pas zoomer en focale fixe.


Bien interagir avec son sujet

Dans la grande majorité des cas, les gens ne vous en voudront pas de les avoir photographiés. Soit ils ne remarquent même pas que vous les avez pris en photo, soit ils s’en aperçoivent et c’est alors à vous de jouer de votre charme pour les convaincre de se laisser faire.

Si jamais quelqu’un vous surprend en train de le photographier, faites lui un sourire sincère et montrez lui votre appareil photo en haussant les sourcils, comme pour demander la permission. Si la personne parle votre langue ou se situe tout prêt de vous, vous pouvez tout simplement lui demander si ça la dérange que vous la preniez en photo.

Si la personne accepte, ce qui est très souvent le cas, allez la voir ensuite pour lui montrer son image sur l’écran, ou sur le film si vous shootez avec un Polaroid, et demandez-lui son adresse e-mail pour lui envoyer la photo si elle lui plaît.


Une spontanéité arrangée

Vous connaissez la célèbre photo de rue en noir et blanc intitulée « Le Petit Parisien » ? On y voit un petit garçon qui court dans les rues de Paris, une baguette de pain sous le bras. Cette photo a été prise en 1952 par Willy Ronis. Cependant, ce cliché n’est pas aussi spontané qu’on le croit.

En effet, Willy Ronis a vu l’enfant débouler comme une flèche et n’a pas eu le temps de le photographier. Il l’a donc rattrapé au vol et lui a demandé de recommencer la scène plus doucement afin de l’immortaliser.

Si jamais vous assistez à une scène beaucoup trop fugace et que vous n’avez pas eu le temps de la prendre en photo, affichez votre plus beau sourire et allez voir votre sujet, demandez-lui d’un ton dynamique et enjoué s’il accepterait de reproduire ce qu’il vient de faire. En général, les gens sont à la fois surpris et amusés par cette demande et ils acceptent volontiers.

photographie urbaine


Le droit à l’image


Sachez cependant que le droit à l’image, surtout en photo de rue, fait souvent débat. C’est pourquoi j’ai souhaité vous en parler ici afin que vous sachiez à quoi vous en tenir. Voici de quoi il retourne :

  • si la personne n’est pas reconnaissable, par exemple si elle est de dos ou si elle fait partie d’un flou artistique, vous pouvez utiliser la photo comme bon vous semble et la partager sur les réseaux sociaux sans aucun problème ;
  • si le sujet est reconnaissable, le droit à l’image diffère selon l’utilisation que le photographe veut en faire.

Si l’image est utilisée à des fins artistiques, la personne photographiée ne pourra porter plainte qu’en cas de préjudice moral ou financier. Par exemple, si vous photographiez un homme et sa maîtresse, que sa femme tombe sur cette photo sur les réseaux sociaux et demande le divorce. Enfin, ce ne serait quand même pas de chance…

Si l’image a été prise par un photojournaliste, avec pour vocation d’informer le grand public, par exemple lors d’une manifestation, alors nul ne pourra porter plainte. À l’inverse, il est formellement interdit de photographier une personne sans son consentement écrit si l’image est à but commercial.


Ce qu’il faut retenir


Vous êtes prêt à vous lancer dans l’aventure de la photo de rue ? Ne soyez pas timide, je vous assure que cela n’a rien de terrible et qu’avec un peu d’entraînement vous y prendrez beaucoup de plaisir !

Rappelez-vous que pour faire de la photo de rue, il vous faut :

  • un appareil photo sobre et léger ;
  • une attitude décontractée et sympathique ;
  • vous approcher autant que possible de votre sujet ;
  • respecter les personnes que vous photographiez et leur proposer de leur envoyer la photo par e-mail.

Cet article vous a inspiré ? N’hésitez pas à le partager avec vos proches sur les réseaux sociaux. Et pour découvrir la photographie ou pour améliorer vos compétences, découvrez vite mes programmes de formation. À bientôt !